ATMOSPHERE HOLLANDAISE

...Des nuages chargés de pluie, brossés dans
une palette de noirs et de gris, menacent une mer encore tranquille.
Des voiliers se dirigent vers le large. Le contraste entre le
calme de la mer et l’agitation qui règne sur la grève est traduit
par la vivacité des coups de pinceau figurant les gentilshommes à
cheval ou se hâtant pour trouver un gîte contre l’orage qui s’annonce,
la matière se faisant presque lisse, lumineuse pour l’étendue
d’eau. Nous sommes en présence d’un thème récurrent de la
peinture hollandaise du siècle d’or ; nombre de peintres brossent
les activités le long des côtes ou sur les rivières des grandes villes,
notamment Albert Cuyp et l’un de ses talentueux disciples, Hendrik
de Meijer. La biographie de ce dernier est plus que succincte
: il serait né à Rotterdam, ville où il est mentionné dans les
archives comme actif de 1640 à 1689. Ses oeuvres apparaissent de
temps en temps en ventes publiques, le plus souvent aux Pays-
Bas : si on lui doit quelques scènes de batailles, la majeure partie
consiste cependant en marines. Notons une vue de la plage de
Scheveningen qui lui était attribuée, proposée à Oxford en 2012,
et un panneau vendu à Londres en 2008, Navires et bateaux sur
la rivière Maas, La Groote Kerk et Dordrecht à l’horizon. Il est
souvent confondu avec Hendrik de Meijer le Jeune (1744-1793),
qui s’installa à Londres.

Hendrik de Meijer (vers 1620-vers 1690), Le Débarquement des voyageurs, 1654,
huile sur panneau, 87 x 160 cm.
Estimation : 25 000/30 000 €

LA GAZETTE DROUOT N° 10 DU 15 MARS 2019 p.66